Réseau sociaux



Semaine en cours Dernières sorties

Calendrier

décembre 2019
L M M J V S D
« Oct    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Archives

2017 Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc
2016 Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc
2015 Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc
2014 Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc
2013 Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc
2012 Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc
2011 Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc
2010 Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc
2009 Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc
2008 Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc
2007 Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc

Calendarchives powered by burningHat

Catégories

Derniers commentaires

La SainteLyon 2010

Dimanche matin à 8h14 on franchi la ligne avec Flo, on est vidé. L’objectif initial de la Sainte d’argent nous a échappé assez franchement niveau chrono, pourtant il n’a pas manqué grand chose pour qu’on l’ai… Une sacré course que cette SainteLyon 2010, probablement la course ou j’ai le plus donné sur pas mal de plan… retour en arrière sur cette belle épopée.

La préparation

Pour tenter de réussir cet objectif un peu fou de gagner 1h sur mon chrono de l’an dernier, je me suis décidé à suivre un plan d’entrainement ‘classique’. Je prends celui d’un magazine, le modifie très légèrement et tente de passer à 4 entraînements par semaine (au lieu de 2-3 habituellement).
Beaucoup de séance qualité, VMA, Seuil, Sortie Longue, … bc de kilomètre avalés par rapport à d’habitude.

Assez vite, vers la 4ème semaine (sur 10), je sens que je fatigue, que le plan est ‘trop costaud’ pour moi. Je prends donc la liberté d’alléger la semaine 4 pour récupérer un peu. Puis la tuile lors de la fin de semaine 6 : un genoux coincé… mon osthéo me dit que c’est simplement le péroné qui était déplacé  : il me le remets en place, mais ça ne change rien, un deuxième osthéo est catégorique : le tenseur du fascia-lata est enflammé, c’est un TFL. RDV chez un troisième osthéo (et oui, je voulais un troisième avis vu que les 2 premiers n’était pas les même :)), celui-ci confirme l’inflammation, mais détecte une ‘bosse’ qu’il pense être une bursite qui aurait provoqué la TFL, il me prescrit une radio pour confirmer le diagnostique.
A la radio, le radiologue rejette la bursite et penche plus sur un kyste qui peut-être dû à un ménisque fissuré… réponse demain (mardi) après l’IRM que veut me faire passer le radiologue pour confirmer 🙂

Fin de préparation pas mal chamboulé du coup, mais je fini ses 10 semaines assez content de moi coté préparation… seul la motivation à retrouver mon poids de forme (78kg) n’aura pas été suffisante puisque j’entamerai la course avec 82km sur la balance !!!

La préparation en chiffre, ça donne ça :

Plan STL sur 10 semaines
du 27/09/2010 au 29/11/2010
Sem.Dist. (km)D+ (m)DuréeSéan.
TOTAL384663836h3830
S01448554h204
S02518504h544
S035010004h534
S04304452h432
S05537954h544
S06608805h404
S07268852h431
S08365503h213
S09283752h363
S10650h301

L’avant-course

Pour ce défi, nous sommes 3.
Flo d’abord, avec qui j’ai fais pas mal de sorties dernièrement et pour qui ce sera la première SainteLyon, et Damien, que j’avait rencontrer cet été lors d’une reco du trail des Allobroges.
Nous sommes parti en train de Evian, où nous avons rencontrer 2 gars bien sympa qui bossait sur Evian (chez Danone bien sûr :)) et qui se lançait pour le relais X2.

Le marathon commence maintenant, 1h de retard avec le train nous amène à Saint-Etienne un peu stress : il nous reste 2h pour aller manger à la pasta organisé par les kikoureurs + récupérer nos dossards.
Un bug information à rendu le retrait des dossard chaotique : il nous faudra 1h de queue pour l’obtenir, on s’est même demandé si on l’aurait à temps…

Mais bon une fois la superbe pasta kikourou avalé (très très pratique, merci aux organisateurs !!!), les bonhommes changés, les dossards retirés et les sacs déposés, nous voilà prêt à affronter cette SainteLyon…

Pour ma part, j’ai longuement hésité entre prendre mon sac Olmo ou mon simple porte bidons Salomon, c’est finalement ce dernier qui retiendra mon choix. Je décide de laisser guêtre et YakTrax à Saint-Etienne et je pars en mode 3 couches : T-Shirt + micro polaire Odlo + Coupe vent RaidLight. Sur la tête le buff kikourou + un autre buff autour du cou, un paire de gant fin, un collant long et mes Trabucco au pied.
Tout ses choix auront, dans mon cas, été parfait : jamais eu ni chaud ni froid, manquer de rien pendant la course, bref le top de ce coté là.

Saint Etienne – Saint Christo : 15.7 km (cumul 15.7km)
1h38:55 de course (cumul 1h38:55) – 1007ème

Cette année, les organisateurs nous répète inlassablement au micro que les conditions sur le terrain vont être difficile, qu’il y aura de la neige, de la glace et du froid. “Cette année faite abstraction de toute notion chronométrique, contenter vous d’arriver à Lyon sans blessures !!!“.
Au moins on est prévenu… pourtant avec Flo, on a pas forcement envi de suivre ce conseil, objectif de départ 7h30, on avisera en cours de route si on le revoit à la baisse ou pas.

A minuit, c’est le lâché des fauves, 5700 coureurs s’élance, c’est énorme !!!
On part donc à 3, Flo, Damien et moi. Placé idéalement à quelques mètres du départ, il nous faudra 2mn pour passer l’arche (3mn en 2009), et ça commence à trottiner.
Sur la 4 voies, aucun bouchon, aucun ralentissement, tout va bien.
Les 5.5 premiers kilomètres  sont en léger faux plat montant, le rythme est bon, on est les 3 ensembles.
On arrive à mon premier point de passage noté sur mon roadbook en 31mn (33mn en 2009), déjà 1mn de retard sur le plan de route. Aucune pression cependant : les 2mn du départ ‘arrêtés’ sont principalement en cause, et 1mn, c’est vraiment pas inquiétant à ce stade.

Prochain ‘pointage perso au dessus de Sorbier, au km 9.9.
Au programme, 215 mètres de positif à prendre sur 4.4km principalement bitumeux.
Le rythme  est toujours bon, bien régulier mais laissant très peu de place au repos. Pas vraiment de marche durant cette montée, cette montée même où l’an dernier j’ai demandé à Cédric de ralentir faute d’exploser à coup sûr. L’entrainement porte ses fruits visiblement, puisqu’on ne marche que 150m contre presque 800 en 2009.
Résultat, nous atteignons le sommet de cette première bosse en 1h01, contre 1h prévu : tout est toujours OK.

Première descente de cette SainteLyon, je me souvenais de cette première petite descente comme étant ‘bouchonneuse’ car assez étroite par rapport au peloton du début de course.
Cette année, la neige est donc de la partie, du coup la possibilité de passer sur les coté est plus ‘aisé’ et on déboule assez franchement dans cette descente.
Je prends un pied d’enfer : la neige est parfaite à ce moment là : pas tasser, pas trop poudreuse, juste de quoi envoyer comme un porc sans prendre aucun risque et en laissant la neige jouer le rôle d’amortisseur naturel : le pied !!!

La suite jusque Saint Christo va être un peu plus difficile, mais ça va encore.
On se force à maintenir un rythme qui permettrait de rentrer avec la Sainté d’argent, mais la neige devient de plus en plus handicapante dans les parties roulantes. De plus en plus poudreuse, rendant les appuis instables et nécessitant plus de ‘puissance’ dans les jambes pour maintenir une vitesse équivalente… on à fait 12-13km quand je me dis pour la première fois : ça ne passera pas cette année, c’est bien trop physique… Pourtant je me refuse de me laisser aller, même si je sais que c’est perdu d’avance, je veux tenter le coup. J’ai appris qu’on ne peut jamais connaitre l’issue d’une course avant d’avoir franchie la ligne, que des rebondissements, des changements surviennent forcement, dans le bon sens… ou pas, mais ils surviennent. Alors pour l’heure, je passe en mode ‘on réfléchi pas’ et j’attends de voir la suite.

Premier ravitaillement, de St Christo atteint en 1h38:55. Selon les pointage, on est à ce moment là  1062ème.
Après coup, je me rends compte de la difficulté de cette année. Cette année j’arrive 1062ème à St Christo en 1h38, en 2009, arrivé en 1h43, soit seulement 5mn plus tard… mais classé 2433ème à ce moment là !!!
Forcement, les efforts consentis pour tenir ce rythme risque de nous coûter cher en fin de course… ce sera le cas, mais on en savait rien à ce moment là (où plutôt on ne voulait pas ouvrir les yeux :))

La ravitaillement est express, 1’20

Saint Christo –  Sainte Catherine : 11.5 km (cumul 27.2km)
1h20:23 de course (cumul 3h00:40) – 806ème

Ce tronçon nous à fait du mal et je pense qu’il à été le point de rupture d’énormément de monde sur cette SainteLyon.
La première partie, qui mène au point culminant de la course,  à pomper énormément d’énergie, l’intégralité ou presque du tronçon était dans une poudreuse assez profonde par endroit, en montée.
Toujours dans cet objectif de Sainte d’argent, on a rien lâché, on a forcé les machines, et on a perdu énormément de force sur cette partie.

km18, Damien demande comment on se sent. Pour lui, il nous avouent que les km commencent déjà à peser lourd dans les jambes.
Il en est de même pour Flo et moi… on est déjà très proche du point de rupture au km18… ça promet.
Mais bon, fidèle à ma stratégie : on maintient le rythme, on verra bien.

Les montées prochainement, en trottinant quand on peut ou en poussant fort sur les jambes en marche rapide que on ne pouvait plus courir. Par contre chaque partie plate était goulûment avalé en 11-12km/h et chaque descente plus ou moins a coin, pour essayer de garder une chance de rattraper notre objectif.
On arrive à moreau où finalement le ravitaillement à été maintenu (il n’était pas prévu au départ). On décide de ne pas du tout s’arrêter sur ce ravitaillement, on a suffisamment d’eau pour rallier Sainte Catherine.

La descente sur le Chatelard sera faite tambour-battant, mais lors de la montée (très courte sur le Chatelard), je sens que je n’ai plus de jus… les jambes ne veulent plus forcer, les montées me font mal. Du coup je me contente de suivre Flo. Damien lui à céder du terrain, il n’est plus derrière nous.
Je sens que Flo est aussi dans le dur… bref le groupe n’est pas dans un très grand moment. Pourtant dès que ça descend, on envoi, Flo devant, les gaz à fond et go.

On arrive à Sainte Catherine où l’on s’arrêtera  1’51, jsute le temps de remplir les bidons.
On est à ce moment là 806ème, on grappille des places, mais malheureusement,  on perds pas mal de temps sur l’objectif 7h30… En effet, on sort de Sainte Catherine en 3h02, contre 2h50 prévu… ça sens le roussi, mais je me rappel de notre STL 2009 avec Nath et Cédric : ça sentait aussi le roussi, mais on a rien lâcher et c’est passé… je me dis que peut-être… alors je me remotive et c’est décider : je continue à donner un bon rythme, adviennent ce que pourra

Sainte Catherine – Saint Genoux : 9.6 km (cumul 36.8km)
1h07:45 de course (cumul 4h10:17) – 657ème

Grosse montée après Sainte-Catherine, très très très difficile physiquement.
J’ai du mal à me souvenir si la glace avait fait son apparition ici, ou si c’était encore de la poudreuse lourde à porter, mais je me souviens avoir eu un gros passage à vide ici.
J’ai demandé à Flo de passer devant car je sentais que mon rythme baissait petit à petit… il est donc passé devant et je me suis contenté de le suivre… quasiment plus aucun souvenir de cette partie, ce qui chez moi est un signe évident qui montre que j’étais en mode ‘avancé sans réfléchir où moins poétiquement :  subir et fermer sa gu***’

On arrive tant bien que mal en haut de cette bosse, et on attaque la descente. Je sens que Flo est comme moi : déçue d’être déjà cuit… frustré de voir que notre objectif est tout bonnement irréalisable aujourd’hui. Du coup on se venge sur les descentes et celle qui arrive va prendre cher 🙂

Flo passe devant, petit à petit les parties glacées font leurs apparitions. Le rythme s’accélère, les sensations reviennent. Puis arrivent les bois d’arfeuille. Une vrai patinoire bien raide cette année.
Rien à foutre visiblement pour Flo qui envoi comme un cochon dans cette partie. On est régulièrement à 13km/h alors que 9 personnes sur 10 cherchent leur pas sur cette pente très glissante.

Je vois pas mal de chute, mais pour Flo et moi, ça passe, je sais pas comment, mais ça passe.

Du coup on arrive au ravitaillement dans une meilleure forme (mental en tout cas) qu’à Sainte Catherine. Encore 8mn de perdu sur le plan prévu alors qu’on a envoyé sévère dans la descente… non décidément cette année, les montées vont nous mettre dedans… trop dur et trop couteux en energie dans la poudreuse et la glace de maintenir une vitesse correcte en montée

2’08 de ravitaillement et on repars pour la longue descente jusque Soucieu.

Saint Genoux – Soucieu : 8.7 km (cumul 45.5km)
0h55:16 de course (cumul 5h07:42) – 288ème

A l’attaque de cette descente… qui commence par une montée 🙂 je me dis que vu comme on à envoyé dans la dernière, il y a peut-être moyen de se refaire un peu sur cette partie.
Je me dis que peut-être la machine est en route, peut-être a va le faire.
Mais la montée d’après le ravito me fait revenir sur terre : je suis cuit… La montée est courte mais super glacé, une vraie patinoire. 1 pas sur 2 chasse sous mon poids à chaque appui, c’est épuisant et le bonhomme est déjà bien atteint. Flo est devant, et 2-3 fois il me distance un peu de quelques mètres, j’essaye de m’acrocher, mais c’est dur, vraiment dur.
Arrive la longue descente, et la on envoi encore du lourd. Régulièrement au dessus de 11-12km/h tout du long, mais encore une fois, la montée nous à pris trop de temps, on perds encore du temps sur l’objectif qui s’éloigne inexorablement.
On arrive très amoché au ravitaillement où l’on s’arrêtera 3’33.
Flo comme moi sommes cuit de chez cuit…. et pourtant on pointe à ce moment là à la 294ème position, sur 5700 au départ.

Soucieu – Beaunant : 11.6 km (cumul 57.2km)
1h37:52 de course (cumul 6h49:08) – 662ème

On fini la descente avec ce passage dont j’avais entendu parler : les marches du chateau.
Elles sont glacés comme tout le parcours depuis maintenant beaucoup beaucoup de kilomètre… et ce n’est pas fini, loin de là.
Au bas de la descente, sur une partie des rare en bitume, sans glace et sans obstacle, Flo se fait une cheville dans un trou sur la chaussé qu’il n’avait pas vu… il a très mal en ne peut plus prendre appuis sur son pied… aie…

Je lui dit que s’il marche de suite, ça va chauffer et la douleur va être supportable. Par contre s’il s’arrête ou enlève la chaussure, ça lui sera impossible de repartir.
On marche donc  quelque minutes puis retentons de trottiner, la douleur semble gérable pour Flo qui est malgré tout bien dans le dur.
Flo me demande de continuer ma course, de ne pas rester avec lui qui compte finir comme il pourra, mais je me vois pas trop le laisser comme ça avec son entorse et je n’ai aucune envi de le planter là : on finira ensemble comme prévu !!!

On file donc comme ça jusqu’au ravitaillement, en se faisant doublé à la pelle, mais en se forçant à trottiner un minimum.
En sortant du ravito, il est 6h49 contre 6h05 prévu. Au moins maintenant c’est clair, l’argent ça ne sera pas pour 2010 🙂

Beaunant – Lyon : 10.7 km (cumul 68 km)
1h24:44 de course (cumul 8h13:52) – 737ème

La suite et fin propose la montée bitume de Sainte Foy puis une descente et une période très longue est sans intérêt de plat au bord de l’eau… c’est vraiment la partie la moins sympa du parcours, plat, monotone, sans intérêt. De plus pour nous, le rythme à bien baisser et la fatigue du coup en profite pour me faire des clins d’oeil.
C’est donc dans un semi-sommeil que je fait ses derniers kilomètre en prenant garde d’attendre régulièrement Flo qui est maintenant vraiment en mode ‘survivor’

On arrive donc en 8h13, avec une honnête 737ème place sur 5700 au départ !
Sur la fin, on a perdu plus de 400 places, l’entorse de Flo y est bien entendu pour quelque chose, mais honnêtement, on était tout les 2 franchement cuit… sans l’entorse on aurait probablement fait 30mn de moins mais la Sainté d’argent nous aurait tout de même echappé.

Cela dit, je suis content de notre course.
964 de score au rodio contre 900 l’an dernier : l’entrainement à porté ses fruits !
Quant au classement, magrès le fait d’avoir perdu plus de 400 places sur le final, on fini presque dans les 10 premiers pourcent, ce qui reste une belle performance pour notre niveau.

Du coup, l’objectif hivernal 2011 est déjà tout trouvé : la Sainté d’argent, le retour de la vengeance 🙂
Qui est partant ? 🙂
Flo t’as le droit de réfléchir, mais pas le droit de dire non, on reste pas sur un echec 🙂

Garmin Connect

Un deuxième diplôme de bronze

Un deuxième diplôme de bronze

{lang: 'fr'}

8 comments to La SainteLyon 2010

  • Acnors

    Félicitations les gars !!!
    Belle perf ! Surtout vu les conditions de rêve que vous avez eu. J’aime particulièrement ton commentaire : “subir et fermer sa gu***” je le garde pour moi dans les prochains trails, c’est tellement vrais par moment 🙂
    Pour l’heure savourez le chrono et la place, et rdv avec l’argent en 2011 !
    Bravo !

  • jerome

    Quasiment les mêmes constats en ce qui me concerne, premiere partie très éprouvante… Je termine 40″ devant vous au chronométrage officiel, du coup je pense que je vous ai doublé dans le parc de Gerland.. dommage on aurait pu faire la course ensemble! pour la prochaine, il faut pas qu’on se rate.
    bonne récup et @+

  • Impressionné, Impressionnant
    votre performance à vous deux
    moi j’ai galéré en 10h08 , très déçu du chrono
    résultat un genou gauche out, un tendon d’Achille droit out
    2011 c’est loin
    Bravo à vous deux pour le chrono, le récit c’est top !!!

  • Cédric

    Bravo Grand pour cette belle course !!

    J’y ai cru à fond à cette Sainté d’argent jusqu’à la franche baisse de régime de Beaunant. G vibrer pour vous sur le LIVE jusqu’à tard dans la nuit !!

    Pas une année à battre des records, 2010, mais en tout cas une belle course d’équipe. Il est écrit que pour toi, la STL doit être une course d’équipe ou ne doit pas être !!

    Du coup, je serais là l’an prochain pour ce bel objectif, même que j’aurais plein de bons gros globules à faire tourner !!

    A+ et récupère bien (enfin, pas besoin de récupérer les kilos apparement …)

    Cédric

  • raymond

    Mais si, mais si tu vas l’avoir la sainté d’argent puis que les horaires ont été déplacés d’une heure pour cause de saintélyon exceptionnelle.

    merci pour ce CR très sympathique.

    J’avais le même objectif. En marchant dans toutes les montées, j’ai pu gérer mon effort et terminer en 7h25’29. pensez à vous économiser dès la première montée l’année prochaine et ça passera sans problème.

  • jeanphi69

    Super récit pour une course vraiment épique cette année ! Bravo Tercan et puis comme tu le dis : l’argent sera pour l’an prochain ! Récupère bien et à bientôt !

  • floduf

    Joli CR, précis, efficace 🙂
    C’était sympa de partager ça avec une légende du trail, j’ai nommé Tercan !
    J’en ai chier comme jamais … mais c’était une belle expérience.
    Et pour l’année prochaine je réfléchis 🙂

  • tidgi

    Bravo à toi.
    Impressionnants ceux qui dévalaient la descente du bois d’Arfeuille, tels des cabris ! Une course difficile, donc belle perf…

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

*