Réseau sociaux



Semaine en cours Dernières sorties

Calendrier

décembre 2021
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Archives

2021 Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc
2017 Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc
2016 Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc
2015 Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc
2014 Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc
2013 Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc
2012 Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc
2011 Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc
2010 Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc
2009 Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc
2008 Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc
2007 Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc

Calendarchives powered by burningHat

Derniers commentaires

TDS 2011, le récit

La préparation

16 mois… et oui ma dernière ‘grosse course’ typé trail remonte à 16 mois déjà.
Il s’agissait du trail des Allobroges du 23 mai 2010… depuis il aurait du en avoir encore pas mal, mais à chaque fois, ça passait à côté :

  • Le trail Verbier Saint Bernard en juillet 2010 : j’annule ma participation au dernier moment à cause d’une fissure de l’aponévrosite plantaire.
  • L’UTMB en aôut 2010 : annulé pour cause de météo capricieuse.
  • L’Annecime en mai 2011 : j’annule ma participation suite à des soucis de genou
  • L’aravis Trail en juin 2011 : j’abandonne dès le départ (km15) toujours à cause de soucis au genou
Heureusement entre les Allobroges 2010 et cette TDS, j’ai quand même réussi à porter 3 fois le dossard : sur la première étape de la GTA, sur la SainteLyon et sur les Glaisins… mais jamais pour du ‘trail’ long.
En plus de cela, ma préparation 2011 à été chaotique.
Jusqu’avril, rien à dire. Ma nouvelle façon de m’entraîner avec les conseils et séances d’Alain Roche me convient très bien.
Les séances sont variée, plaisantes, difficiles mais portent rapidement leur fruits : je me sens en super forme.
Puis, suites à un choc, grosses douleurs au genou… IRM et c’est le verdict : le ménisque est fissuré, il faut opérer… ou attendre que cela passe tout seul même si ce n’est quasiment jamais le cas avec les ménisque (dixit le médecin)
Je choisi d’attendre 1 mois. 1 mois durant lequel je ne fais quasiment que du vélo, toujours sous les conseils d’Alain.
Puis c’est l’Aravis Trail et la désillusion : la caisse semble là, mais le genou ne tient pas… je tire donc un trait sur ma saison 2011 et décide de me faire opérer
RDV chez le chirurgien et retournement de situation : selon lui, mon ménisques n’est pas assez abîmé pour être la cause de mes soucis… il penche plus sur une inflammation qui aurait depuis disparu et me conseil de reprendre l’entrainement… on est à 6 semaines de la TDS.
J’en parles avec Alain, qui me dit ne pas être chaud à ma reprise en course à pied et surtout à ma volonté de finalement participer à la TDS.
Je suis dans le doutes… Alain à une expérience environ 100 fois plus importante que la mienne, mais j’ai envi de tenter le coup.
Je me convainc que si durant le laps de temps qui me sépare de la course je ressent des douleurs, alors je jetterai l’éponge, je me convainc aussi que si j’arrive jusqu’au jour de la course et que des douleurs arrivent avant la mi-course je jetterai aussi l’éponge… et finalement je décide de tenter le coup sur cette TDS.
Mon entrainement au départ est donc au minimum syndical, surement trop faible… mais ça on verra bien.
A pied, 25000m de D+ et 525km seulement au compteur depuis janvier… contre plus de 1000km et 60000m D+ en 2009 à la même période…
Mais surtout, je n’ai fait que 2 sorties longues montagnes de préparation… 6 et 7h… ça fait pas lourd, pas lourd du tout

Allez Go Courmayeur

Le départ étant le jeudi matin 9h, je décide de dormir directement sur Courmayeur, à l‘Hotel du bouton d’or à environ 40 secondes du départ de la course 🙂
Pierre (sarajevo) vient gentillement me chercher à la gare d’Annemasse et on file ensemble sur Chamonix le mercredi APM pour retirer nos dossards.
Ambiance tranquille et détendu dans la voiture, on est tout les 2 sans pression, content d’être là.
Retrait des dossards et contrôle des sacs sans encombres et je file sur Courmayeur en bus.
Arrivé à Courmayeur, j’ai l’heureuse surprise de voir que l’hôtel que j’ai pris sur Courmayeur est tout proche du départ. Super je pourrais dormir jusque 7h30 si je veux 🙂
Je file au restaurant vers 19h00 sous une trombe d’eau impressionnante… pâte au saumon, un délices.
Dodo vers 20h, je tombe comme une masse et me réveil vers 7h00 en pleine forme.
Préparation des affaires, petit déjeuner (2 tranche de pain au miel avec un thé chaud) et je file poser mon sac qui sera ramener sur Chamonix par l’organisation.
ça y est… j’y suis. La ligne de départ, le monde, les concurrents, la musique, l’ambiance… tout y est.
Put*** comme c’est bon d’être ici je sens que la journée va être cool.

L’attente du départ

Durant toute cette balade, j’ai reçu bc d’encouragements par SMS notamment, mais aussi sur mon blog, sur facebook, …
Ses messages sont importants, et aide bien à ‘rester’ dans l’effort quand le corps et/ou la tête demande une trêve, quand la motivation et l’attention se relâche.
C’est pourquoi ce récit va être basé sur ses nombreux SMS reçu… merci encore 🙂 

Steph 07h38
Allez! Allez! Allez Gaugau power à fond 🙂

Le mode Gaugau 🙂 Un ‘délires’ entre Steph et moi en rapport avec le cri des pirates dans Asterix quand ils voyent débarquer les Gaulois 🙂

Oui ben justement, non 🙂 Je ne vais pas partir en mode Gaugau 🙂
Trop peu d’entrainement, trop de doutes.
J’ai décider au contraire de partir très très cool, dans les derniers. M’aider de mon cardio pour m’assurer de ne pas m’emballer.
Objectif rester proche des 130 en montées, na jamais dépasser 140 et faire les descentes en trottinant sans forcer mais sans non plus trop retenir pour ne pas fatiguer les muscles inutilement.

Je décide de m’asseoir en attendant le départ qui devrait être donner dans moins d’une heure maintenant.
Je suis calme, détendu… mon cardio est à 52, aucun stress, aucune anxiété, juste du plaisir.

Audrey 08h10
Bon courage **** Camille crois que tu va gagner la course 🙂 On va bien penser à toi. Bisous

Et hop, premier message de ma femme et première montée de sensations… ma fille crois que je vais gagner… ouahou… et moi qui suis plutôt à me dire que si je galères trop tôt dans la course, je rends le dossard sans chercher à finir à tout prix…

La musique de la TDS retenti… entre ça et le SMS que je vient de recevoir de ma femme, je change d’optique, je change d’objectif.
La musique me lève des frissons, je suis à fond dedans et ma décision est prise -> non je ne décevrais pas ma fille et je gagnerais cette course pour elle !!!
Enfin gagner, on s’entends… pas finir premier bien sûr 🙂 Mais je lui dit toujours qu’être premier ou dernier n’a pas vraiment d’importance, que ce qui compte c’est d’aimer ce qu’on fait et d’être content de soi… alors à moi d’appliquer ses belles paroles. Je vais la gagner cette course, j’en suis sur maintenant. Merci ma fille !!!

Je suis remonté comme un fou, j’en fais pars à mon frangin et à Steph.

Moi 8h25 – A Nico et Steph
Putain de musique… ça monte ça monte… Je vais la bouffer cette course 🙂

oui bon… je suis parfois un peu cru dans ses moments là 🙂

Steph 08h28
Sent les picotements à la base des cheveux. Transforme toi en DragonBall. Tu vas les bouffer tous !!!

Nico 08h29
Bien sur que tu vas les bouffer, par contre ne te fais pas enivrer par la musique. Pars cool et profites. Hésites pas à appeler si tu as besoin. A ce soir.

Notez la différence entre Steph : [Transforme toi en DB] et mon frère : [ne te fais pas enivrer par la musique] 😉

Je vais essayer de faire de mon mieux… le départ approche je me lève.
Je me place dans le dernier tiers du peloton… partir doucement, ne pas s’enflammer et attendre, attendre, attendre, voilà ma stratégie du jour.

Juste devant moi se trouve Susan que je n’ai pas revu depuis au moins 1 an, quelle coïncidence. On papote un peu avant le départ.
Pendant ce temps un gars devant moi se fait contrôler son matos obligatoire… il ne trouve plus son portable et les contrôleur le menace de ne pas pouvoir prendre le départ. Heureusement pour lui il fini par retrouver ce portable, j’imagines que son cardio à du bien s’emballer à ce moment là 🙂

En parlant de cardio, le mien est toujours très bas, 56 environ… je suis bien, mais pas stressé, c’est parfait.

Courmayeur – Checrouit

C’est le lâché des fauves à 9h00 dans les rues de Courmayeur.
Susan est juste devant moi, mais très vite, je la perds… j’ai vraiment décidé de partir piano piano et d’aviser à mi-parcours sur un potentiel changement d’intensité suivant l’était du bonhomme et du genou.


Départ TDS 2011: On me voit à 1’26 de cette vidéo 🙂 par UltraTrailMontBlanc

Une fois l’arche de départ passé, on est pointé, je suis alors en 803ème position sur 1181 partants.
Ma Garmin perds très vite les satellites, dans tout la partie de Courmayeur, ce qui ne me dérange pas plus que ça… mais ça fait ch*** pour l’enregistrement de la trace 🙂

Comme prévu dans mon plan de course, je me fait énormément doublé dans les ruelles de Courmayeur.
C’est largement volontaire de ma part, donc je ne me fait aucun soucis la-dessus.

De plus n’ayant pas le numéro de Pierre dans mon portable ‘de course’, je n’ai pas pu l’appeler pour partir avec lui et Gombert.
Je sais qu’ils ont prévu de partir en queue de peloton, alors je me dit que si me fait doubler, au bout d’un moment, je tomberais sur eux pour faire un début de course groupé, toujours plus sympa que seul.

Cedric 09h13
Courage grand. ça va le faire ! Prend ton pied et on se voit à Cham’

Ouais, j’ai bien l’intention de prendre mon pied. Pour ce qui est de Cham’, ben euhhh j’aimerais bien, mais je garanti rien 🙂

Très vite, comme prévu j’entends un ‘Cyriiilll’ derrière moi.
Je me retourne et tombe sur Gombert et Pierre qui m’ont donc rattraper.

On discute tranquille tout en continuant notre footing dans les ruelles de Courmayeur.
L’ambiance est bonne enfant, détendu. Pour ma part j’ai toujours l’oeil sur le cardio pour éviter de me laisser entraîner par le peloton.

On arrive enfin au premier chemin qui doit nous mener au Col Chécrouit, col bien connu des coureurs de l’UTMB puisque c’est le dernier ravitaillement avant la base de vie de Courmayeur sur le grand parcours.

Damien 09h56
Go Cyril ! La course va faire plus de 21km mais tu vas tout donner.

Euhhh oui j’espère bien que cette année on fera plus que 21km 🙂

Bon c’est pas le tout, mais il faut que je reste concentré, bien penser à boire régulièrement, bien penser à manger toutes les heures (du gel ou des germibarres pour ma part), bien penser à prendre un sportenine toute les 2 heures, bien penser à contrôler le cardio, … Faut pas croire, je n’ai pas tout laisser au hasard 🙂

Flo 10h10
C parti bon diou ! Fais toi plaisir. T’es dans ton jardin ! Bonne course.

Sacré jardin 🙂 Mais effectivement je me suis toujours senti bien… presque chez moi dans ses montagnes. Le calme, la difficulté, la beauté, la solitude (enfin pas trop à ce moment là ;)), bref tout ce qui fait que j’aime la montagne est ici.

Petit à petit, nous prenons de l’altitude, toujours en mode ‘rando’ pour ma part, en prenant le temps d’en prendre plein les yeux et de profiter.

Très vite, voilà le ravitaillement du col Chècrouit, le premier ravitaillement d’une série de 7.
Je ne m’arrête pas, je prends juste le temps de remplir mes 2 bidons et de prendre un verre de coca que je bois en repartant toujours tranquillement.

J’ai perdu Pierre et Gombert… je ne sais pas s’ils sont devant ou derrière, mais ce n’est pas bien grave, la route est encore longue on se reverra bien.

Je repars du ravitaillement et en termine avec cette première portion qui m’aura donc prise 1h26 dont 2′ d’arrêt au ravitaillement (1h30 prévu sur le plan de marche 24h que j’avais fait en début d’année, lorsque je pensais arrivé ici entrainer correctement 🙂 ce plan de marche 24h, je suis bien conscient qu’il me faut l’oublier, mais ça me donne une idée de mon avancement).

Je pointe ici à la 923ème place. 120 personnes m’ont doubler dans les rues de Courmayeur, et seulement 258 sont derrière moi.
Coté départ prudent, je pouvais difficilement faire mieux 🙂

Chécrouit – La Thuile

En partant du ravitaillement, la montée continue jusqu’au col de la Youlaz, le point culminant de ce trail à 2661m d’altitude.
La montée est toujours ‘facile’ pour le moment, pas trop raide, sans piège.

Pour ma part, je continu le mode 130FC de moyenne qui pour l’instant me préserve plutôt bien les jambes.

Je rejoint rapidement Gombert et Pierre et on continu tranquillement ensemble

Steph 10h45
T’es sur une base de 22 à 24h Gaffe à la longue descente !

Oh qu’il a raison Steph, la descente qui nous attends va être un premier test pour mon genou. Il ne va dans tout les cas pas falloir s’emballer effectivement, que ce soit pour les genoux ou les quadriceps. Mais bon, pour l’heure, il faut finir ce col… et le meilleur de la montée reste à venir

Rapidement on à le col de visu… fouatchhhh mais c’est pas de la montée, c’est de l’escalade ce truc 🙂
Même la dent d’Oche à coté, ça semble plat, le tout dans un pierrier.

Bien entendu il n’en faut pas plus pour que ça ralentisse énormément… en fait on est à l’arrêt.
J’en voit qui passe sur le coté, droit dans le pierrier… j’hésite et puis me dis que ce n’est pas ça qui va abîmer le chemin ou créer des ravines : c’est un pierrier, alors je fait pareil.
Gombert et Pierre également, mais on se perdra à ce moment là.

Quelques râleurs nous réprimandent… du style : ééééééé vous jouer la gagne ou quoi ???
D’un coté je les comprends… mais de l’autre, je ne fais que passer à coté d’eux sans couper quelques virages que ce soit (de toutes façon, y’en à pas, c’est droit dans l’pentu).
Je fais bien attention  à ne pas faire tomber de cailloux et j’arrive comme cela juste avant le sommet de cette première longue montée.

Je me retourne et voit pas si loin que ça de moi les derniers concurrents du peloton : je suis encore bien en fin de peloton ça ne fait aucun doute, mais le cardio lui, est toujours en mode ‘rando’.

Petit pointage au sommet du col qui me donne 697ème, soit 226 place de gagner en 1 col.

Place maintenant à la descente sur le second ravitaillement : celui de La Thuile qui se trouve 10km et surtout 1200m plus bas… il va falloir y aller très modérément si je ne veux pas m’exploser les genoux ou/et les cuisses prématurément.

Descente placé sous le signe de la gestion donc, en prenant soin d’appliquer plusieurs petit trucs appris par-ci par-là : essayer au maximum d’attaquer le sol pied à plat plutot que par le talon, essayer d’être un peu fléchi pour soulager les genoux (aux détriments des quadriceps par contre), trottiner ‘léger’ et ‘souple’, ne pas chercher à se freiner, mais ne pas s’emballer non plus.

Moi 13h03 – A Audrey
km21 tout va super.

Ben oui quoi, un p’tit message pour rassurer ma femme, ça fait pas de mal 🙂

J’arrive enfin au ravitaillement frais comme un gardon en prenant un pied d’enfer depuis le départ. Classé maintenant 619ème… ben dis donc 78 place de gagné dans une descente, c’est un exploit pour moi 🙂

De nouveau un ravitaillement express en 3′ ce coup-ci me font lever le camp 2h38 après avoir quitter Chécrouit, contre 2h39 prévu… si ça c’est pas de la précision 🙂

La Thuile – Col St Bernard

En repartant du ravitaillement, comme à chaque fois, je regarde mon roadbook que j’ai fait en utilisant les cartes 1/25000.
Cette montée sur le col du petit Saint Bernard, ne devrait à priori pas me convenir, j’ai noté que la plus grande partie de la montée est en très faible déclinaison mise à part une petite portion au milieu qui mène à Cretaz (1900m).

Finalement, il n’en sera rien.
Effectivement ça ne monte pas fort, mais c’est tellement magnifique, que je ne peux m’empêcher de regarder à droite à gauche durant  toute la montée… que c’est beau ici !!!

Cedric 13h18
Allez Cyril, super. ça avance bien. Bientôt la France en haut du St Bernard. En prime on te voit pleine face sur la vidéo du départ officiel. FORZA

Effectivement, ça avance bien, mais surtout ça avance ‘facile’ et avec un max de plaisir !!!

Benoit 13h29
Tu remontes dans le classement. Bonne course

Ben tiens, en voilà un SMS inattendu, mais qui fait vraiment plaisir. Il s’agit de mon chef !

Je continu, toujours très concentré sur ma course malgré le plaisir que j’arrive à y prendre.
Depuis le début je me force à ne pas ‘sauter’ de collation… toute les heures, c’est ma règle, une gorgée de Gel Hydramoniv intercalé avec une portion de GermiBarre
Et toute les 2h je croque un Sportenine pour ‘aider’ les muscles à se refaire une santé 🙂

Steph 13h43
Super ! Fonce !!

Oui oui je fonce 🙂 Enfin non, pour l’instant je me promène, mais j’y prends un pied d’enfer 🙂

Juste avant l’arrivée au ravitaillement on a devant nous le Lac Vernet et en fond de sommet des Rousses… je vois énormément de coureurs, dont moi, en contemplation devant ce paysage qui nous est proposé en ce moment… c’est simplement magnifique, magique !!!

Le Lac Verney

Le Lac Verney

J’arrive enfin au ravitaillement, le troisième en ayant encore gagné 61 places et toujours en pleine forme. Je suis maintenant 558ème.
Je suis vraiment bien ici en ce moment !!!

On reçoit un SMS de l’organisation : nous ne passerons pas au Passeur de Pralognan à cause de risque d’orage. A la place nous iront directement  sur le Cormet de Roselend… dans ma tête, il est clair qu’il s’agit là d’un raccourcissement de parcours… si je savais 🙂

Encore une fois, je ne m’arrête pas au ravitaillement, à peine 2’30 le temps de remplir les bidons, et je file 1h48 après avoir quitter La Thuile, contre 1h52 prévue. Tout va donc très bien.

Col St Bernard – Bourg St Maurice

Place maintenant à prêt de 14km et 1400m de denivelé à descendre.
Si après ça je n’est toujours pas mal aux genoux, je pense que ce sera une histoire ancienne 🙂

Nath 15h22
C cool, tu gagnes des places… Continue comme ça, t’es 558

Oui je gagne des places, honnêtement, c’est pas ce que je cherche en ce moment, mais effectivement j’en gagne. A ma grande surprise je dois dire.

J’applique donc la même technique que lors de la dernière descente : relâche, zen, sans forcer

Steph 15h29
Bon travail ça !!

Merci merci 🙂 Si au moins je faisait exprès, mais non là je ne fais que profiter de la course 🙂

On discute avec une concurrente sur le fait qu’il ai raccourci (euhhhh… non tu te plantes méchamment mon gars ;)) le parcours.
On trouve cela dommage pour le passeur, mais normal de coté sécurité de la course

Rapace 15h39
Allez cyril, continue comme ça

Manu !!! J’vais continuer oui, et un jour peut-être je serai fort comme toi 🙂 Ben quoi, on peu toujours rêver non ?

L’an dernier, sans parcours de repli, les courses ont dû être annulé ou stoppé.
Cette année ce ne sera pas le cas visiblement, et sur le coup je trouve ça vraiment très ‘pro’ de la part de l’organisation

Flo 15h51
Citation sympa: “si tu doute de tes pouvoirs, tu donnes du pouvoir à tes doutes”. Tu vas au bout et bravo, bon rythme pour le moment

Ouahou… celle là je me la garder sous le coude pour la nuit, quand les doutes finiront par venir me rendre visite

Malgré la longueur de la descente, je ne la subi pas le moins du monde.
Toujours ‘à la cool’, sans pression. Je continu ma balade.

Olivier 15h54
Pas mal du tout ce que tu fais sur une jambe !!!

Après avoir lu ça, je me suis exclafé, pensant être un peu ‘seul’… mais non un gars m’a demandé pourquoi je me marrait 🙂

Je continu en me disant que si j’arrive à Bourg toujours dans cet état, ça commencera à sentir bon pour finir… dans quel état j’en sais rien, mais finir sera déjà un beau truc au vu de mes doutes de départ.

Nico 16h14
Salut frangin, ça à l’air de bien se passer, t’es pile dans les temps de ton blog. Tu te sens comment ???

Ah ben oui, mais les temps de mon blog sont ceux que je devais tenir si j’arrivais ici entraîné… alors ne nous enflammons pas…

Moi 16h20 – A Nico
Tres bien. Ils ont raccourci la course après la montée de Bourg St Maurice. Viens plus tôt. Je te SMS si j’ai du réseau. Mets toi à un endroit où tu me verras facilement.

J’en profites donc pour dire à mon frère qui doit me rejoindre au Cormet que j’y serais probablement plus tôt que prévu… alala… si je savais 🙂

Et j’arrive enfin à Bourg Saint Maurice. Et là… bimmm la nouvelle tombe.

En effet on ne passe pas par le Passeur de Pralognan… mais pour aller au Cormet de Roselend on nous rajoute 8km de distance… ce qui porte la distance à 25km sans ravitaillement, mais surtout on va se taper 7km de descente et 14km de montée… tout en bitume. La douche froide.

Au ravitaillement, on sent que ça à rincer tout le monde, beaucoup parle d’abandon.

Olivier 16h50
Chapeau bas ! Tu es dans le Top 500 !!!

Ah oui tiens… mais bon ce qui nous attends risque de faire mal

Vite vite, il faut que je me mette ‘dans ma bulle’, ne pas réfléchir, surtout pas.
M’occuper de remplir mes bidons de manger un bout de soupe de pâte et repartir

Damien 16h56
Bien Cyril… t’es entrain de faire une belle course !

Merci… mais la suite me fait peur

C’est donc après un arrêt de 14′ ce coup-ci que je repars, un peu inquiet de ses 21km annoncé de bitume.
Je repars donc  496ème, encore 64 places de gagnés.

A la sortie du ravitaillement il y a un contrôle de tous les sacs.
On sent que l’organisation ne prendra aucun risque cette année, et c’est tant mieux.

Bourg St Maurice – Cormet de Roselend

Quand il faut y aller, il faut y aller.
Comme si la nouvelle n’étais pas suffisante, dès mon départ du ravito, il se mets à pleuvoir… pfff dur dur pour le moral -> 21km de bitume, 8km sup, 25km sans revoir de ravito et sans trop savoir le profil qui nous attends, de la pluie, déjà 45 bornes dans les pattes, encore 75 à faire… dur dur

En repartant je me remotive : ce n’est pas grave, ce n’est qu’un paramètre à gérer en plus, rien de bien anormal dans le monde de l’ultra.
Ce qui me perturbe le plus c’est de ne pas savoir du tout ce qui m’attends, en effet en repartant je n’ai pas réussi à trouver quelqu’un qui sache si on va monter, descendre, les 2, faire des km de plat ??? aucune idée… un peu déstabilisant.

Je m’arrête 2mn après le ravito pour mettre mon coupe vent afin de ne pas finir trempé par la pluie juste avant la nuit.
10mn après ça… la pluie s’arrête et je crève de chaud dans ma tenue, je m’arrête de nouveau pour enlever la veste 🙂

Je tombe ensuite sur un coureurs que je rattrape et qui me dit qu’on monte au Fort du Truc avant de redescendre vers Bourg, mais il ne sais pas me dire à quelle altitude est Fort du Truc.

La montée se passe bien, je suis toujours en forme et j’atteint le Fort à 18h en ayant gagné 84 places depuis le dernier ravitaillement… probablement dû à mon arrêt pas trop long à Bourg et à quelques abandons au même endroit.
Ma progression constante depuis le début associé au fait que je me sente toujours en forme commence à me ‘travailler’ : et si j’étais dans un bon jour ? Et si j’allais faire une belle course jusqu’au bout ?
Mais très vite, je me ressaisi… on est même pas à mi-parcours, rien n’est encore fait.
Je me force à me concentrer uniquement sur mon ryhtme, mon hydratation, mon alimentation et mon cardio, sans me soucier de si je double ou si je me fait doubler.

On attaque donc la descente… sur bitume.
Je double un concurrent avec qui je discute : il connait la suite du parcours et m’annonce 7km de descente puis 14km de montée, le tout en bitume.
Fouatchhhhh… ça fait un bout… ça va être coton.

Finalement, la descente ne fera ‘que’ 5km et me prendra ‘que’ 35′.

Puis on attaque la montée… qui fera elle 18km dont 16 de bitume.
Je vais y passer 4h09… un vrai supplice pour mes pieds qui ne sont pas du tout habitué à ça et pour la tête qui n’y étais pas du tout préparée.

Cette montée est infinissable, des lacets, de longues lignes droites, toujours en bitume jusqu’au Chapieux : un calvaire sans nom.

Cedric 18h52
Bravo mon grand. Tu nous sors une super course en progression constante. J’espère que physiquement ça va. Fais toi plaisir grand ! Courage

Ouais ben le plaisir dans cette montée, il est plus tant là 🙁

A chaque voiture qui nous double, je me dit que je ferais bien du stop pour arrêter cette mauvaise plaisanterie.
Je n’en veux pas du tout à l’organisation, il vaut mieux ça que de prendre des risques en tentant le Passeur de Pralognan sous orages… mais sur le moment, c’est vraiment dur mentalement

Nath 20h59
Super perf… continue comme ça et bon courage cette nuit.

Vivement la nuit tu veux dire 🙂 ça voudra dire que j’en aurais fini de cette montée et que je serais de retour dans les montagnes

Arrivé aux Chapieux, des locaux nous propose de l’eau, c’est vraiment super appréciable.
Puis enfin du sentier… pas longtemps mais ça permets au pieds de souffler un peu : le bitume est entrain de me flinguer la voûte plantaire

Steph 21h16
T’es en mode gogo. C’est super !!!

Ouuuu que non… je suis en mode extinction du cerveau et marche ou crève 🙂

Encore 3km de bitume et c’est la délivrance : le Cormet de Roselend.
J’y retrouve mon frère et mon moral revient aussi sec.

Objectif de ce ravitaillement : bien me ravitailler pour ‘effacer’ cette portion difficile et pouvoir commencer la prochain qui s’annonce aussi difficile sinon plus avec la patate 🙂 le tout dans un temps que j’espère court.

Dans la tente du ravitaillement il fait trop chaud, je n’y tiens pas plus de 20 secondes avant de ressortir : il faut qu’on aille ailleurs, ici je vais tourner de l’oeil.
Nico me montre la tente des kiné qui est vide (à l’exception d’une  kiné qui soigne un coureur).
Après avoir eu l’accord de la kiné, je me pose dans un coin et me change intégralement : chaussette, T-Shirt, collant.
J’en profites pour prendre une polaire plus chaude, la nuit risque d’être un peu froide.
Je mets gants, bonnet, frontales, IPod, charrie un peu la kiné devant laquelle je fais un ‘strip-tease’ pour changer de collant 🙂
Nico s’occupe de tout le reste : remplir mes bidons, me redonner du gel, des Germibarres, la totale.

On repart ensemble après 20′ d’arrêt. En repartant je mange un peu de pâtes carbonara que m’à préparer ma femme, mais ça ne passe pas franchement.

Me voilà maintenant 429ème, j’ai donc perdu 17 places depuis le fort du Truc… probablement dû à mon arrêt de 20′.
Rien de bien grave cependant.

Cormet de Roselend – Col du Joly

Je repart donc avec Nico en claquettes 😉 à mes cotés.
Cette portion est de nouveau une longue portion de 5h sans ravitaillement, en pleine montagne, assez isolé et de nuit… il va falloir la gérer.

Je sais aussi que le Cormet de Roselend représente plus ou moins  la moitié du temps total de la course, je bascule donc dans ma tête sur ‘le retour’ et ça, ça fait plaisir 🙂

Je me motive aussi en pensant que c’est la dernière portion difficile de ce trail. Une fois cette partie finie, il sera quasiment certain que je pourrais finir la course.
Je suis donc sur-motivé, d’autant que physiquement je suis encore très bien.

On discute donc avec mon frère, tout en mangeant mes pâtes maison, et au bout de quelques minutes, Nico fait demi-tour.
Je me remets dans ma bulle, mais plus très concentré, presque trop sûr de moi… grave erreur puisque le coureur devant moi s’arrête et me demande si j’ai vu des balises…
Euhhhhh…. non je le suivais bêtement…
Demi-tour donc pour retrouver le bon chemin, 15′ de perdu, une bonne trentaine de coureurs m’ont du coup passé et 1.2km de montée/descente en rab.

Mais bon, je suis tellement bien dans ma tête à ce moment là de la course, que j’en fait complètement abstraction : encore un truc de plus à gérer, rien de plus.

Alain 21h44
Je vois que tu remontes bien. 412ème au fort du truc. C’est super. Tu as la pêche. Tiens le coup. Bonne nuit sur les sentiers

Effectivement ça remonte, mais là pour le coup j’ai perdu facilement 30 places 🙂

Départ de la montée régulière au col de la Sauce

Damien 21h44
Tu geres trop ! Go go go !

Merci, merci 🙂

Une 10ène de coureur en file indienne, ça faisait longtemps que je n’avais pas vu tant de monde sur cette course.

Miss 21h45
Tout c’est bien passé avec les enfants. J’espère que pour toi ça va toujours. Je vais bientot aller me coucher avec ma maitresse 🙂 Bon courage pour cette nuit ****

Ouf. Voilà qui me rassurer, la journée avec les enfants s’est bien passé. ça me donne du baume au coeur, je suis toujours un peu ‘anxieu’ quand je ne suis pas là… on se refait pas.

Ma femme va donc au lit avec ma fille (sa maitresse :))… et moi, ben je continue cette montée et je dois dire que je me sens vraiment très très bien.
Ces presque 400m de D+ seront passé vraiment facilement, accompagné de mon Ipod qui me crache une selection de près de 6h de tous les meilleurs morceaux de ma collection… Vraiment TOP ce début de nuit.

Elcap 22h08
A ce rythme je te verrai pas à l’arrivée ! Tu seras trop tot ! GO GO GO !!!

mdr 🙂 euhhh tu m’en voudras pas si je me force pas à ralentir pour autant ? 🙂

Descente sur La Gitte. Quasiment 700 mètres à descendre qui se passe plutôt bien.
Au milieu, on passe le passage délicat du curé, des bénévoles sont là pour veiller à ce que ce passage se passe bien.
Je double pas mal de monde et profites encore à fond de mes sensations de bien-être du moment

Olivier 22h12
T’es super régulier. Bon courage pour la nuit.

Pourvu que ça dur 🙂

Arrivé à La Gitte, on remonte sur le col Est de la Gitte.
700m de montée régulière.

Guillaume 22h58
Je suis impressionnée par ta performance Cyril. Déchire tout, grignotte encore quelques places, le podium est pas loin 🙂

Cool un message de mon cousin. Merci, ça fait plaisir !!! Pour le podium, m’ouais bon, tu sais la célébrité me fait peur, alors je vais rester loin de lui 🙂

Très confiant sur cette montée, je me remets dans ma bulle.
Plus trop besoin de contrôler le cardio, car il ne monte plus très haut… le coeur s’est mis en mode ‘sécurité’ on dirait.
Pour autant, ça monte bien, je suis bien et continu ma balade presque la fleur au fusil.
Je reste fidèle à ma stratégie : je ne force pas… la fin est encore loin

Benoit 23h17
Bientôt la moitié je suppose. Bonne continuation !

Oh oui, la moitié est passé heureusement 🙂

On se fait pointé à Entre-Deux-Nants à 1h du matin pour ma part, en 372ème position.
Alors là je suis bleuffé… malgré avoir perdu facilement 30 places lors de mon erreur de parcours, je gagne quand même encore 57 places d’un coup… Je commence à y croire.

TOP 400… inespéré au départ… mais attention la fin est encore loin

Cedric 01h41
Salut Cyril! Tu nous fait une grosse nuit. Belle remontée depuis Roselend, +60 places. Tu tournes comme un avion. Bonne fin de nuit et courage !

Ben oui, tu as raison… mais à 2h du mat’, tu devrais pas dormir toi ? T’as pas un UTMB à faire demain ??? 🙂

Voilà le col… on descends à 2000m, remontons à 2200m environ avant d’attaquer la descente finale et douce sur le Col du Joly et son ravito.

J’arrive au ravitaillement ou je fais de nouveau un arrêt ‘court’ de 7’30
Il était temps que ce ravitaillement arrive quand même, 5h09 depuis mon départ du Cormet en pleine nuit, ça fait beaucoup.

359ème au col… encore 13 places de grignotées… je n’en reviens pas…

Col du Joly – Contamines

Allez, plus qu’une descente et je suis au contamines… ensuite il ne restera qu’une grosse montée séparé en 2 et ce sera la descente sur Chamonix… ça commence à sentir très très bon.

Cette portion ne devrait prendre plus de 2h et est intégralement en descente… ça devrait bien se passer.

M’ouais sauf que la fatigue commence à se faire sentir et m’oblige à m’arrêter 2 fois 1′ sur la descente.

Pas trop de souvenir de cette descente, preuve que j’étais à moitié entrain de dormir 🙂

J’arrive au ravitaillement ou je pointe à la 323ème place, soit encore 36 places de gagnées… mais je ne me souviens pas avoir beaucoup doublé.
Mon arrête rapide lors du dernier ravitaillement doit expliquer cette progression.

Au ravitaillement, je prends le temps de bien me ravitailler.
La fatigue est là et je me demandes si je ne commence pas à manquer un peu de calories… alors je prends le temps : presque 13′ sur ce ravitaillement.

Contamines – Les Houches

Dernière partie, donc.
Encore assez longue, 4h30 à priori avec une grosse montée au col de Tricot de plus de 1100m cumulé coupé au milieu par une descente sur les Chalets de Miage.

Manu 05h20
Bravo Cyril pour ta course

Merci… et j’en profites pour te féliciter aussi pour la tienne… ouahou quelle perf tu nous as encore claqué là !!!

Je pars donc confiant, car ‘c’est la dernière’ en quelque sorte, confiant mais je pense que je vais en baver à cause du sommeil.

Damien 05h53
Allez… on lâche rien jusqu’au bout ! C’est énorme ce que tu fais !

Je sais pas si c’est enorme, mais en tout cas, j’y prends un sacré plaisir !

La première parti jusqu’au Chalet du Truc se passe beaucoup mieux que prévu, j’arrive à bien ‘déconnecté’ le cerveau et à me mettre dans ma bulle.

Nath 06h13
Bravo, tu assures comme un chef… Continues comme ça tu tiens le bon bout.

ça approche en effet… je vais essayer de pas craquer maintenant

Je monte donc à un rythme ‘tranquille’, mais malgré tout efficace, qui m’amène au Chalets du Truc en relativement bonne forme.

Olivier 06h24
Bonjour et bravo. Ta progression continue de manière inéluctable.

Oui et j’en suis le premier surpris 🙂

Place maintenant à la petite descente sur les Chalets de Miage.
Descente que je connais bien pour l’avoir déjà fait 2 fois dans le sens inverse : lors de la reco et la course Montagn’Hard en 2009

Nath 06h27
Serait p’tetre même là pour ton arrivée

Ah ben ça ce serait TOP !

Je continu donc à trottiner tranquillement, en doublant encore 1 ou 2 personnes… il faut dire que depuis un moment les ecarts entre les concurrents sont souvent assez large et qu’il est courant de n’avoir personne ni devant ni derrière.

J’arrive finalement au chalets de Miage… un peu fatigué quand même je sens que je manque d’energie… un début d’hypo probable ??? Je ne sais pas.
Mais par sécurité je m’assois 2mn pour manger une morceau de GermiBarre.

J’en profites pour lancer un SMS à mon épouse

Moi 07h00 – A Audrey
Plus qu’un col. Tout va bien.

Oui bon… tout va bien, je mens un peu, mais je voulais la rassurer 🙂

Me voilà donc au pied du col du tricot… très impressionnant, très raide

Fennec74 07h13
Allez Cyril. Impeccable la remontee. Plus que quelques metres et tu n’auras plus qu’à te laisser glisser à Cham’. Go go

Merci, et vivement la fin des quelques mètres dont tu parles 🙂

Relâchement mental ou réel coup de pompe je n’en sais rien, mais je n’avance plus.
Il n’y a ‘que’ 500m de D+ à faire mais ça me semble une montagne (ben en fait… c’en est une :))

Que c’est dur… je m’assoie 1′ pour soulager les jambes au bout de 250m+ puis je repars… toujours dans le dur.
Quel changement de situation en si peu de temps, je ne suis plus le même homme.

De nouveau à 120m+ du sommet, je m’assoie 1′.
Je commence à perdre l’envi de ‘me battre’ et commence à me dire, tant pis pour le classement, je fini en marchant tout du long !!!
Ma décision est prise quand j’arrive au sommet pointé alors à la 328ème place (seulement 5 places de perdues finalement, ça va encore)

Miss 07h16
Bon courage, je suis fière de toi. ***

Fouatch… alors celui-là c’est une bombe atomique dans ma tête

La fatigue combiné à ce message ont un effet quelque peu inattendu sur le zombie que j’étais devenu.

De zombie, je me transforme instantanément en coureurs survolté… ma femme est fière de moi… ma fille pense que je vais gagner… je suis creuvé… l’arrivée est proche… jusqu’à présent je fais une belle course…
Joie… fierté… fatigue extrême… douleurs… lassitude… plaisir… amour… paternité… famille, tout se mélange, je passe et pense à plein de chose en même temps et je me ‘transforme’ :

C’est comme si je ‘sortais’ de mon corps et que je me regardais… ma jambe droite, c’est Camille ma fille, ma jambe gauche, c’est Lenny mon fils, et ma femme elle dirige toute cette belle famille elle est le chef d’orchestre… et moi, je les regardes et les admires : ce qu’ils sont entrain de faire est énorme !!!
J’étais un zombie il y a quelques minutes, et maintenant je cours  de plus en plus vite. Plus de douleurs,  plus de lassitude, juste une émotion énorme qui m’envahit et qui me prends quelques larmes 🙂

A ce moment là, je suis comme ‘shooter’, ‘transcender’… je vais tout déchirer, je suis une machine et je ne vais rien lâcher jusqu’au bout… pour ma femme, pour mes enfants, c’est pour eux que je me déchirerai jusqu’au bout…
Ils sont tous les 3 avec moi à ce moment là… ils me poussent dans mes limites, me poussent dans des sensations jusqu’ici inconnu. Que c’est grisant, que c’est étrange…

Que ma famille est belle… quelle chance j’ai de les avoir… je me dois de me déchirer, je leur doit, et je vais le faire !

Cedric 07h57
Courage grand, tu fais une grande course ! Sacré gestion avec pregression constante. Tu navigue autour des 330 actu. Le jour est là, rechauffe toi et fais nous un final de dingue, casse la baraque !

Ouais et attendant, c’est pas fini là je suis remonté à bloc

Fini les calculs, fini l’attentisme dont je fais preuve depuis le début.
Là, je fonces, je ne calcul plus, je vais tout donner.

J’arrive au bas du col du Tricot, traverse la magnifique passerelle de Bionnassay

Passerelle de Bionassay

Passerelle de Bionassay

S’en suit une montée courte et un chemin vallonnée jusqu’à Bellevue.
La encore,  je cours sans discontinuer, je suis toujours remonté, presque ‘drogué’ naturellement.

Miss 08h47
Tu as bientot fini. Courage, tu fais pêter les scores là.

Moi 08h50 – A Audrey
Tu le sais pas encore mais c’est grâce a toi.

J’arrive à Bellevue à la 315ème place, 13 place de gagnés depuis le col… les places sont dures à gagner maintenant.
On est tous plus ou moins du même niveau et les écarts entre les coureurs sont souvent assez important.

Mais ce n’est pas fini, je suis toujours remonté et me fixe un nouveau défi que je me dépêche de faire partager à Steph

Moi 08h50 – A Steph
Je suis passer en mode gaugau. Objo 299eme.

Après Bellevue, j’en profites pour enlever ma tenue de nuit pour être moin ‘au chaud’ et continu…
Je commence à manquer d’eau, vivement le ravito parce qu’à ce rythme et sans boire, les crampes risques de venir

Steph 08h53
Yes !!!! Défonces tout !!!

Réaction immédiate de Steph 🙂

La descente sur Les Houches n’est pas roulante du tout… ça n’arranges pas mes affaires, je peine à doubler du monde et il me faut encore gagner 16 places… ça va être dur dur…

Flo 09h14
Accroches toi ! Tu vas réussir ton pari ! Enorme

Oh que oui, je m’accroche sur cette fin de course, on peut même dire que je m’arraches 🙂

Des racines, des pierres, arfff je trottine tant bien que mal, mais ne double plus grand monde.
Dans la descente, je tombe sur un photographe… je lui demande de l’eau et il m’en donne… oufffff c’était limite, je mourrai de soif.

Nath 09h29
Yes… tu es y presque. Il te restera que la PTL apèrs ça ! SMS moi 15-20mn avant d’arriver on sera là et tu pourras passer la ligne avec Jolan !!!

C’est dans mes projets pour 2013 la PTL 🙂

J’arrives enfin aux Houches ou j’ai le plaisir de revoir le frangin qui est venu m’encourager.
Je fais un arrêt super bref de 3′ pour recharger en eau et je repars

Je pointe 212ème… aie, ça va être dur de passer sous les 300… il ne reste plus que 8km de roulant ce qui n’est pas mon terrain de prédilection, loin s’en faut.

Les Houches – Chamonix

Cette dernière partie, je vais vraiment devoir me faire violence pour la passer.
Sur la fin, je  tombe sur Maud Giraud qui se fait un dernier footing avant l’UTMB.
Elle fera 1 bon km avec moi, très sympa comme championne, elle finira 5ème de l’UTMB, bravo à elle !!!

Olivier 09h57
Dernière ligne droite. Bravo Champion !!!

Oui mais quelle est longue cette dernière 🙂

J’essaye de trottiner le max que je peux, mais malheureusement je me fait doubler par des coureurs qui s’en vont joyeusement à un bon 12km/h… rythme que je suis incapable de tenir maintenant.

Elcap 10h09
On est là, on t’attends

J’arrive, j’arrives 😉

Plus que quelques km et ce sera fini, je savoure… personne devant à doubler… personne derrière pour me doubler… je relâche un peu.

Miss 10h31
Aller c’est la fin, on est fier de toi. ****

Moi aussi je suis fier de vous…

Cedric 11h01
Bravo grand, tu nous sors encore une course phnoménale ü Tout en gestion comme tu sais si bien faire. Grand bravo, heureusement que tu y a été! T’es le meilleur

Merci à toi… notre dernipre sortie ensemble m’a bien fait reflechir et elle y est surement pour beaucoup dans cette gestion de course

Olivier 11h01
Bravo bravo bravo. Bonne recup

M’ouais, pas encore fini 🙂 Mais je m’y applique 🙂 Pour la récup, des pizzas me semble pas mal indiqué 🙂

Benoit 11h03
Bravo d’être arrivé à la fin. A+

Merci !

Et voilà, je rentre dans Chamonix… les rues sont combles de supporter qui nous applaudissent, c’est toujours énorme comme moment… très intense, émouvant.

Je pense à ma femme et mes enfants… à ma fille particulièrement : tu vois ma princesse, t’avais raison, papa il a gagner !!!
J’aimerai qu’ils soient là maintenant, que l’on passe symboliquement cette ligne tous les 4… cette année ce n’était pas possible, mais ça le sera l’an prochain, sur l’UTMB je l’espère.

Pour m’accueillir à l’arrivée, il y a Nath et Steph et Jolan, leur fils avec qui je passerai la ligne. Il est tout intimidé de cette foule qui applaudit, je lui en remets une couche en lui disant que c’est lui qu’ils applaudissent 🙂 Il semble intimidé mais content… c’est chou 🙂

Je passe donc la ligne en 25h56 à la 314ème place sur 1181 au départ.
Nath, Steph, Elcap familly et Marco sont là, ça fait vraiment plaisir de les voir tous.

Merci Marc pour la photo

Merci Marc pour la photo

Merci Marc pour la photo

Merci Marc pour la photo

 

Merci Marc pour la photo

Merci Marc pour la photo

Merci Elcap pour la photo

Merci Elcap pour la photo

 

La suite… facile : massage, bière et pizza… fouatch que ça fait du bien 🙂

Mes conclusions

La TDS est vraiment une très belle course, l’organisation comme d’habitude au TOP avec des bénévoles aux petits soins.

Pour moi, c’est vraiment un course qui me convient bien, et qui par chance s’est vraiment super bien passé… j’en suis aujourd’hui encore un peu surpris.
Pleins de doutes au départ, une préparation tronquée et finalement une course qui passe ‘presque trop facilement’… presque seulement 🙂

Ce que j’ai vécu sur cette balade est hallucinant, si on exclu l’heure passé dans le col du Tricot, je n’ai pour ainsi dire jamais eu de coup de mou, jamais eu de lassitude, de douleur, de ras le bol.
Une première pour moi sur ce genre de distance.

Mais plus ‘hallucinant’ encore… ma descente du col du Tricot aux Houches. Transcendé, presque drogué par l’émotion.
Ce que j’ai vécu durant ses 2-3 heures, n’est pas descriptibles… je n’étais pas moi-même, j’ai vécu un mélange intense de sensations qui m’a mis dans un état de bien-être jamais atteint jusqu’ici.
C’est probablement de ça que l’on parle quand on lit que sur un ultra certain coureur on des moment d’euphorie à la limite de l’état ‘shooter’… que c’était bon, que c’était intense….

Très peu probable que je revive ce genre de truc lors de mes prochaines épreuves, j’en suis bien conscient… mais je souhaite à tous le monde de le vivre une fois…
ça me manque déjà… j’aimerai le revivre… probablement comme le toxicomane qui prends son shoot le premier coup et qui souhaite revivre ça… ça n’arrivera plus probablement, ce ne sera plus aussi intense probablement… mais j’aimerai le revivre quand même 🙂
Place donc maintenant à la cure de desintox pour revenir sur terre 🙂

Merci encore pour tous le soutient que j’ai eu durant ses quelques 26h !!!

Les stats

Le parcours

En chiffre, selon les relevés GPS de ma Garmin 310 et SportTracks, je tombe sur 122km / 6600D+ / 6770D-

Rodiométrie

Coté rodiométrie, je bats mon score sur Ultra de plus de 100km :

  • CCC 2008 -> 762
  • Montagn’hard 2009 -> 855
  • UTMB 2009 -> 824
  • TDS 2011 -> 917
Ravitaillement

Le total de mes arrêts sur les 8 ravitaillements du parcours s’élève à  : 1h05’36 (soit 8’12 de moyenne)
C’est plutôt en net progression aussi, mais largement améliorable encore.

Fréquence cardiaque

117 de moyenne (63% de ma FCMax)



Mes temps de passages officiels
Temps de passage officiels TDS

Temps de passage officiels TDS

 Mes vitesses en montée
NomDistance
(km)
Dénivelle
(m)
Durée
(mn)
Pente moyenne
(%age)
Vitesse ascensionnelle
(m/h)
Col Chécrouit5.487757014.14%664
Col de la Youlaz4.796957914.51%528
Col petit St Bernard8.177531049.22%434
Fort du Truc3.185886118.49%578
Cormet Roselend14.619461726.48%330
Col de la Sauce1.353003222.22%563
Col Est de la Gitte4.226657715.76%518
Chalet du Truc4.025686214.13%550
Col Tricot1.975386627.31%489
 Mes vitesses en descente
NomDistance
(km)
Dénivelle
(m)
Durée
(mn)
Pente moyenne
(%age)
Vitesse decensionnelle
(m/h)
La Thuile10.4612077711.54%941
Bourg St Maurice11.8513519011.4%901
Après fort Truc4.74394368.31%657
La Gitte4.636645014.34%797
Après Col Est Gitte2.963153610.64%525
Col Joly2.8174366.21%290
ND de la gorge3.857105718.44%747
Miage0.821821322.2%840
Après Tricot2.033962619.51%714
Les Houches4.457554516.97%1007
Challenge Perso

Cette TDS était donc la course principale de l’année et faisait donc partie de mon petit ‘délires’ de challenge perso.
A ce titre, j’avais décider de 4 objectifs sur cette course :

  1. être finisher -> objectif atteint en 25h56
  2. battre mon record de rodiométrie sur un trail > 100km -> objectif atteint, puisque je fait 917 contre 855 lors de mon dernier record (Montagn’Hard 2009)
  3. moins de 10mn d’arrêt sur les ravitos en moyenne -> objectif atteint avec une moyenne de 8’12
  4. moins de 24h -> objectif non-atteint
Ce qui me fait donc 3 objectifs sur 4 d’atteint… donc 4 points multiplié par 2 du fait que ce soit la course ‘principale’ de l’année… soit 8 point sur 12.
Ce qui porte mon total 2011 à 11 points sur 24 possible (l’annulation de ma participation à l’annecime me coûte déjà 6 points…)
Plus qu’une course dans ce challenge perso 2011 : la SainteLyon en décembre
Diplôme officiel
{lang: 'fr'}

29 comments to TDS 2011, le récit

  • Super recit, tres “vivant”, on s’y croirait presque!
    Encore bravo pour cette course exemplaire…Sainte d’Argent en decembre???

    • Tercan

      Merci pour le message et surtout pour le soutien et l’arrivée !!! ça m’a fait plaisir de vous savoir là, vraiment !
      Sainté d’argent, pourquoi pas, j’avoue que j’y songes de plus en plus… mais j’hésite entre ça (argent) et une autre approche plus basé sur le cardio pour voir ce que pourrais donner une STL ‘régulière’ au niveau rythme cardiaque tout en restant sur mes limites hautes (travail que je mettrais en place avec Alain mon coach cas échéant)…

  • ivan

    Une semaine après tu m as fait revivre la course avec tous les détails, génial, merci pour ta plume !

    Par contre, si je puis me permettre, un peu surpris d apprendre que tu faisais parti des traileurs pressés au col de Youlaz 🙁 C’est le passage que j ai détesté, plus de monde que dans le métro, des pierres qui te tapent dans les chevilles alors que tu patientes sagement et que quelques coureurs decident de faire du hors piste…Mais j avoue je me suis freiné 2-3 fois pr ne pas faire comme toi.

    • Tercan

      Hello et merci pour ton message.

      Oui ce passage du col… délicat à gérer, je n’étais pas ‘pressé’, mais simplement je ne comprenais pas ses bouchons.
      Ce n’était qu’une montée en pierrier, rien de bien sorcier, rien qui à mon sens ne justifiait ses bouchons.
      Par contre je te rassures, je n’ai pas ‘couper’ ou ‘raccourci’ le tracé, j’étais sur le bord du chemin, à 1m maximum de la file, et je me suis concentré pour ne pas faire tomber le moindre caillou, chose que j’ai je crois réussi à faire, contrairement à beaucoup dont ceux qui étaient dans la file.
      Mais je comprends que ça ai déplu certain, même si à mon sens ça ne changeait rien pour personne.

      J’en profites pour te féliciter pour ta régularité presque exemplaire sur la course… tu as l’air d’avoir sacrément bien gérer ton affaires d’après les classements intermédiaire !!!
      Chapeau !!!

  • floduf

    Après un début de saison bien pourri à cause de ton genou, tu as bien mérité de te faire plaisir sur cette course, je suis super content pour toi 🙂
    Félicitation mec !!! Tu peux savourer ta perf 😉

    • Tercan

      Début de saison complètement pourri tu veux dire, elle à commencer par un grosse correction sur le trail des Glaisins… je me prends plus de 20mn par un gars avec qui j’étais en compétition 😉
      Merci pour ton soutien, et bravo pour ta CCC… pour une première on peut dire que tu l’a bien gérer !!!
      Pis… t’as 2 mails en attente de ma part dont tu dois répondre 😉
      Bonne fin de vacances a vous 4

  • Guénaël

    Merci pour ce récit extrêmement vivant et émouvant !
    … et bravo pour ta course 😉

    Guénaël_kikoureur_très_discret

  • ENORME !!!!!!!!!!!!!!!!!!
    La course, le récit, le bonhomme !!!!!!
    D’abord la course. Pardon messieurs dames, mais le classement et le temps de notre coureur sont géniaux. Pas de blessures et il bouffe des places comme moi les glaces au chocolat. Le récit. Super vivant. T’as mis le doigt dans un dangereux engrenage… pour la St-Lyon, je te fais un sms/30min 🙂
    Le bonhomme. Lui, il fait une saison pas top au niveau compet, la faute à ses blessures. Lui, il lâche pas pour autant son entraînement, fait le maximum du possible. Lui, ne se déboulonne pour un rien, part tête la première dans sa course et nous donne une bonne leçon !
    BRAVO !
    🙂
    Gaugau Power.

    Stéph.

    • Tercan

      Arrête tu va me faire rougir 😉
      Mais je n’ai quand même pas ta classe… ce gars là pendant un UTMB il arrive à faire craquer une fille sur… son charme naturel 😉 Hallucinant 🙂
      Au fait, tu as gagner le titre de supporter number one sur cette balade, 9 SMS en 1 seule course, tu as fait fort !!! Merci bc… et merci pour le choix de la pizz’ 😉

  • Nini

    Sympa ton récit. C’est une super idée de le ponctuer avec les SMS reçus.
    J’ai été contente de te rencontrer, car Florent me parlait de toi, ton entrainnement, tes progressions depuis longtemps.
    A une prochaine !

    • Tercan

      Merci, moi aussi j’ai été ravi de vous rencontrer ‘enfin’ dans le monde réel.
      Le parcours de Florent et tellement similaire au mien que je m’y suis vite ‘attaché’.
      Il ira loin ton Florent car il a 2 atouts primordiaux : la passion de ce qu’il fait et… toi à ses coté
      Avec ça, l’entrainement est presque anecdotique et peu de courses lui résisteront !!!
      Bonne continuation a vous !

  • Olivier SAIZ

    Bonjour,

    Excuse l’expression mais j’en suis encore sur le cul !
    Je te savais capable de boucler la TDS m^ma avec la galère de début de saison. Mais j’étais loin d’imaginer que tu réussirais un tel résultat.
    Ta progression régulière au classement prouve que tu as parfaitement maîtrisé cette belle épreuve.
    Encore une fois CHAPEAU BAS le Tercan.

    Lolisaiz

    • Tercan

      Ma progression à surtout été agréablement ponctué par tes messages.
      Vraiment sympa de ta part, et ça fait du bien… tu as même réussi à me faire marrer tout seul en lisant un de tes premiers msg 🙂
      A bientôt… en vrai j’espère !!!

  • eric74

    chapeau bad l’ami
    avec l’année pourrie que tu nous as fait en 2011 , c’est un véritable exploit d’etre finisher de cet TDS , qui plus est en battant ton rodiometre bravo

  • Sympa de revivre la course de façon un peu différente mais pas tant que ça … Bravo à toi, c’était pas évident au départ mais comme quoi parfois l’envie est un énorme moteur !!

    Récupère bien et a+ sur un ultra …

    yann

  • Florent (elcap)

    Dis… une question… quand je vois ta courbe de cardio : 65% de moyenne de ta fcmax… à refaire, tu taperais un peu plus ? un peu moins ? différement ?

    La gestion d’une course basée sur le ressenti/cardio… j’y pense…. 🙂

    • Tercan

      Hello.
      Dur à dire, je t’avoue que je me suis reposé 1000 fois cette question.
      Pour tenir ses FC au départ, j’ai dû rester très concentré sur mon effort sur les 8-10 premières heures de course, j’étais vraiment très très en dedans, mais avec toutes les incertitudes que j’avais au départ, j’avais pris la décision de m’y tenir coûte que coûte : jamais plus de 140 et essayer 130-135…
      Au final je fini la balade ‘assez facilement’… est-ce que j’aurai pu taper plus dedans ??? Franchement je ne sais pas… j’aurais tendance à dire oui, mais vraiment sans certitude.
      La seule certitude que j’ai, c’est que ce rythme sur 24h de balade me convient au poil pour profitez à fond en faisant un résultat qui pour mon petit niveau est très satisfaisant.
      Mon conseil donc : essayes en te forçant à tenir ‘tes’ directives que tu aura choisi avant la course… essayes jusqu’au bout et peaufine sur la prochaine course 🙂
      PS: a noter que ses FC, même basse, n’ont plus été atteinte sur la deuxième partie de course, le coeur était alors comme bridé, impossible de le faire monter, ce qui me fait dire que finalement je n’étais pas si bas que ça… mais toujours pareil : rien de sûr dans ce que je te dis là 🙂
      A+ et on se voit à Sainté dans 2 semaines 🙂

      • Florent (elcap)

        Très (très très) intéressant…. C’est à mettre en parralèle avec ce qu’a fait Marat, sur l’utmb… sauf erreur de ma part, il fait tout au cardio : ne pas dépasser 145. Pour bien faire, je vais lui demander confirmation, ainsi que ça fcmax. Ca permettra de savoir à quel % de sa fcmax il a couru son utmb…

        Rodio le dit depuis longtemps de gérer le très long en s’aidant du cardio, surtout pour ne pas dépasser une valeur max et donc se griller… Je crois que je vais tenter sur mes 25h… ça me permettra de “m’assurer” (c’est relatif hein) que je pourrai finir ET enchainer avec la STL…

        En tout cas merci !

  • […] récit du Trail des Ducs Des Savoies (TDS) : ici (434 fois […]

  • DidierC

    Salut Cyril, bon je réagis un peu tard sur ce post ;-), mais merci pour le récit, le profil avec horaires, la liste de matos etc… c’est super complet et tout ça me sera très utile pour préparer la TDS 2012…

    • Tercan

      De rien, au contraire, si ça peux servir, alors c’est tout bénef pour moi, c’est aussi le but 🙂
      D’ailleurs si tu regardes dans les menu en haut, il y a un tout nouveau : [RoadBook Prêt À L’emploi] où tu trouveras notamment celui de la TDS vierge des mes temps de passage.

  • DidierC

    Super encore merci 😉

  • jepipote

    A quelques jours du départ, je me met dans la lecture des comptes rendus de la TDS. Ayant à priori le même objectif que toi en tête, j’ai pris un grand plaisir à lire ton récit. j’espère simplement vivre la même expérience. merci pour cette belle épopée.

    • Tercan

      Merci pour ce commentaire bien sympa.
      Je te souhaite de prendre autant de plaisir que moi sur cette belle TDS, en espérant que vous pourrez passer par le passeur de pralo cette année !!!

  • DidierC

    Salut Cyril, comme régulièrement je viens jeter un coup d’oeil à ton récit pour y puiser informations et motivation.
    Question: la déviation par la route pour éviter le passeur de Pralognan, tu l’estimes à combien de temps en + ? (temps, pas kms). Parce que vu la météo ça pourrait bien nous arriver encore cette année.
    Autre question: ont-ils changé les barrières horaires suite à la déviation ou pas ? (même si tu ne te souviens peut-être pas, vu que tu étais facile au niveau barrières horaires).
    Merci pour la réponse, et m… pour vendredi !

    • DidierC

      Encore une question 😉 tu te souviens si au cours des 25 kms entre Bourg et le Cormet il y avait moyen de se ravitailler en eau (même un simple ruisseau).
      En tout cas j’espère qu’on va pas avoir cette route parce que ta description me donne pas envie 🙂

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

*